5 façons naturelles de soutenir le traitement de l’hypogonadisme

hypogonadisme-signes-et-symptomes

L’ISSAM (International Society for the Study of the Aging Male) définit l’hypogonadisme masculin de survenue tardive comme :

« un syndrome biochimique associé à l’avancée en âge. Il est caractérisé par une diminution des androgènes dans le sérum avec ou sans diminution de la sensibilité aux androgènes… Cela peut induire une altération significative de la qualité de vie et affecter de manière néfaste la fonction de plusieurs organes ».

Heureusement, il existe des moyens d’équilibrer vos hormones.

Vous pourriez utilisez une hormonothérapie substitutive, qui est la forme conventionnelle de traitement pour cette condition.

Ou vous pourriez aussi recourir à des boosters de testostérone naturels, ou simplement procéder à des changements des habitudes alimentaires et de style de vie (exercice physique).

Dans cet article, nous allons définir l’hypogonadisme, ses symptômes, ses causes et facteurs de risques. Nous allons également exposer les traitements possibles.

En addition, nous allons proposer quelques remèdes naturels pour vous aider à soutenir votre traitement et améliorer votre qualité de vie.

Qu’est-ce que l’hypogonadisme ?

L’hypogonadisme est une condition qui se produit lorsque les glandes sexuelles du corps (les testicules) produisent peu ou pas d’hormones.

Pour les hommes atteints d’hypogonadisme, une faible testostérone peut affecter le développement et le maintien des organes reproducteurs. Ces organes sont les testicules, le pénis et la prostate entre autres.

En plus, les faibles niveaux de testostérone peuvent entraîner des problèmes tels que la réduction de la force musculaire, la perte de cheveux et l’impuissance.

Il existe deux types d’hypogonadisme, primaire ou central / secondaire.

– Hypogonadisme primaire

L’hypogonadisme primaire est causé par une insuffisance testiculaire. Il se caractérise par un faible taux de testostérone sérique et de fortes concentrations de LH et de FSH.

Normalement, les gonades (testicules) reçoivent des messages du cerveau pour produire des hormones.

Dans le cas d’hypogonadisme, elles ne répondent pas correctement à ce message. Par conséquent, elles ne fonctionnent pas comme il faut.

– Hypogonadisme central

Dans l’hypogonadisme secondaire (hypogonadisme hypogonadotrope), des anomalies de l’hypothalamus ou de l’hypophyse entraînent une baisse des taux de testostérone.

Cela est dû à une stimulation insuffisante des cellules de Leydig.

Il est également associé à des taux de FSH et de LH faibles ou normaux.

D’habitude, les glandes hypothalamiques et hypophysaires contrôlent les gonades et la libération d’hormones.

Mais dans le cas d’un hypogonadisme central, un dysfonctionnement de ces glandes cérébrales conduit à une diminution des niveaux d’hormone lutéinisante et d’hormones folliculo-stimulantes.

Ces deux hormones sont normalement stimulées par les gonades [1].

Signes et symptômes de l’hypogonadisme

Les symptômes de l’hypogonadisme varient en fonction de l’âge, du sexe et du type de maladie du patient.

Les hommes présentant un hypogonadisme ou une faible testostérone peuvent présenter les symptômes suivants [2] :

Les jeunes avec une faible testostérone peuvent avoir des problèmes de croissance.

Ces problèmes peuvent être accompagnés d’un retard dans la croissance musculaire et le développement de la barbe.

Cela peut aussi entrainer une altération de la croissance des testicules et du pénis, et une hypertrophie des seins.

De plus, de faibles taux de testostérone peuvent perturber la progression pubertaire normale.

Causes et facteurs de risque

La cause de l’hypogonadisme dépend du type de condition (primaire ou centrale).

L’hypogonadisme primaire peut être causé par l’un des états ou facteurs de santé suivants [3] :

  • Anomalies chromosomiques ;
  • Troubles génétiques, tels que le syndrome de Klinefelter chez les hommes [4];
  • Testicules non descendus, qui se produit lorsque l’un ou les deux testicules ne descendent pas dans le scrotum après la naissance ;
  • Maladie du foie et des reins ;
  • Infection ;
  • Blessure aux gonades ;
  • Certains troubles auto-immuns ;
  • Chirurgie sur les organes sexuels ;
  • Radiothérapie ou chimiothérapie.

L’hypogonadisme central se produit quand il y a un problème au niveau des centres du cerveau qui contrôlent la production d’hormone.

Les problèmes suivants peuvent le provoquer :

  • Déclin normal des hormones avec l’âge ;
  • Anorexie nerveuse ;
  • Perte de poids rapide ;
  • Obésité ;
  • Déficiences nutritionnelles ;
  • Troubles hypophysaires ;
  • Maladies inflammatoires, comme la tuberculose et la sarcoïdose ;
  • Syndrome de Kallmann, qui affecte l’hypothalamus ;
  • Tumeur dans ou autour de la glande pituitaire ;
  • Infections, comme le VIH / SIDA ;
  • Lésion de l’hypothalamus ou de la glande pituitaire ;
  • Chirurgie, comme l’ablation d’une tumeur cérébrale ;
  • Radiothérapie ou chimiothérapie ;
  • Certains médicaments, comme les opiacés et les glucocorticoïdes ;

Le déficit androgénique lié à l’âge est un phénomène normal et physiologique. Cependant, il peut être une cause d’hypogonadisme secondaire.

Chez l’homme âgé, ceci peut entraîner une altération de toutes les phases du rapport sexuel, notamment [5] :

  • L’érection devient plus longue à obtenir et nécessite des stimuli plus importants ;
  • La phase de plateau s’allonge et les sécrétions pré-éjaculatoires diminuent ;
  • L’orgasme devient plus court et l’expulsion de sperme moins importante ;
  • La détumescence est plus rapide et la période réfractaire plus longue.

Une étude publiée par l’International Journal of Clinical Practice indique que les hommes âgés sont plus susceptibles d’avoir un faible taux de testostérone.

La prévalence de cette condition est de 34% chez les hommes âgés de 45 à 54 ans. Elle est de 50% chez les hommes de 85 ans [6].

Selon une étude parue dans le même journal, l’hypogonadisme est significativement associé à divers problèmes de santé. Il s’agit du diabète de type 2, hypertension, obésité, ostéoporose et le syndrome métabolique [6].

Traitement de l’hypogonadisme

Le traitement de l’hypogonadisme dépend de la cause de la maladie.

Mais la forme de traitement la plus courante est l’hormonothérapie substitutive. Elle est utilisée pour rétablir les niveaux hormonaux à la normale.

Pour les hommes, la thérapie de remplacement de la testostérone est utilisée pour améliorer la libido, la fonction érectile, la cognition, la force musculaire et l’humeur.

Un traitement de 6 mois permet de restaurer les niveaux de la testostérone.

Mais cette méthode représente aussi des risques et des effets indésirables non négligeables.

Ces risques se rapportent souvent à l’hypertrophie de la prostate, les troubles cutanés comme l’acné, la diminution de la densité osseuse et une aggravation de l’apnée [7].

La thérapie de la testostérone présente de nombreux avantages et soit généralement bien tolérée. Mais les personnes qui l’envisagent, doivent être conscientes des risques cardiovasculaires indésirables potentiels [8].

En outre, il existe un certain nombre de moyens qui peuvent également être envisagées pour soutenir le traitement de l’hypogonadisme

6 façons naturelles de soutenir le traitement de l’hypogonadisme

1. Gérez le stress

Une étude menée au Department of Psychiatry, University of Massachusetts Medical School a étudié l’association entre les niveaux de testostérone et le stress.

Les résultats obtenus ont montré que les niveaux de testostérone étaient significativement associés au stress chez les hommes et les femmes [9].

Pour gérer le stress, plusieurs options sont à envisager : yoga, méditation, exercices de respiration, exercice physique.

Il y a même la possibilité de suivre une forme de pratique thérapeutique, comme la thérapie cognitivo-comportementale.

2. Maintenez un poids de santé

Les hommes obèses ont fréquemment des taux bas de testostérone.

Une obésité modérée diminue principalement la testostérone totale. Elle y parvient par le biais des réductions associées à la résistance à l’insuline des globulines liant les hormones sexuelles.

Cependant, une obésité plus sévère peut être associée à des réductions des taux de testostérone libre dues à la suppression de l’axe HPT.

La faible teneur en testostérone en elle-même entraîne une augmentation de l’adiposité. Elle crée ainsi un cycle de complications métaboliques auto-entretenues. [10]

L’hypotestostéronémie associée à l’obésité est un état fonctionnel et non permanent. Elle peut donc être réversible, mais cela nécessite une perte de poids importante.

La meilleure façon de perdre du poids est de changer les habitudes alimentaires malsaines. Il faut aussi pratiquer une activité physique régulière.

3. Pratiquez une activité physique régulière

Une étude a essayé de déterminer l’effet de l’exercice physique à court terme (12 semaines) sur le taux sérique total de testostérone chez 30 jeunes adultes de sexe masculin âgés de 18 à 27 ans.

A la fin de l’expérience, les chercheurs ont conclu que l’exercice à court terme a produit une élévation des taux sériques de testostérone chez ces jeunes adultes [11].

4. Utilisez des suppléments L-Arginine

La L-Arginine est un type d’acide aminé que le corps obtient à partir de l’alimentation.

Cet acide a de multiples avantages. Il permet de stimuler la production d’hormones de croissance. Il permet aussi de corriger l’impuissance et améliorer la dysfonction érectile et l’infertilité masculine.

Les résultats de cette étude indiquent que la L-Arginine alimentaire pourrait être pertinente pour l’action anabolique de la testostérone.

Ces mêmes résultats suggèrent que cet effet pourrait être provoqué par des modifications du système des facteurs de croissance analogues à l’insuline [12].

Plusieurs études ont conclu que l’ingestion de la L-Arginine par voie orale améliore la réponse de l’hormone de croissance. En plus, la combinaison de la L-Arginine et de l’exercice augmente l’hormone de croissance [14].

La meilleure façon d’obtenir de la L-Arginine naturellement est de manger des aliments entiers.

Ce sont généralement : du bœuf nourri à l’herbe biologique, du saumon sauvage, des œufs, du yogourt cultivé, des noix et des graines…

Vous pouvez également utiliser des suppléments L-Arginine afin d’améliorer les symptômes d’hypogonadisme.

larginine-en-poudre

5. Essayez Ashwagandha

Ashwagandha (Withania somnifera) est une plante médicinale importante.

Elle a été utilisée dans la médecine ayurvédique depuis plus de 6 000 ans notamment comme un aphrodisiaque. Elle peut être utilisée pour traiter la dysfonction sexuelle masculine et la stérilité.

Compte tenu de son potentiel thérapeutique varié et efficace, Ashwagandha a fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques modernes.

Selon une étude réalisée en 2013, le traitement avec un extrait de racine d’Ashwagandha s’est traduit par une amélioration significative des paramètres du sperme.

Ce traitement a également conduit à des niveaux d’hormones sexuelles améliorés et régulés chez les mâles oligospermiques.

Le traitement a également entraîné une augmentation du taux de testostérone.

Les chercheurs ont également enregistré une augmentation concomitante des taux sériques de LH chez les hommes infertiles présentant des taux de testostérone sous-optimaux avant la thérapie [15].

Précautions

Pour remédier aux faibles taux de la testostérone, les hommes recourent soit à la thérapie de remplacement d’hormone, soit à des suppléments généralement à base d’herbes pour booster leur niveaux de testostérone.

Dans les deux cas, il est préférable de discuter avec un médecin les risques et les avantages de chaque méthode.

Autres articles à lire

Le clitoris : Qu’y a-t-il à savoir sur cet organe féminin mystérieux ?
La meilleure position de sexe pour la stimulation clitoridienne
Tout ce que vous devez savoir sur le point G
Une pompe à pénis pour lutter contre la dysfonction érectile
5 façons dont les suppléments d’oxyde nitrique améliorent votre santé et vos performances
5 façons pour augmenter naturellement vos niveaux d’oxyde nitrique
Quand est-ce que faut-il subir un examen des testicules et pourquoi ?
Quels sont les problèmes communs de prostate les plus fréquents ?
Voici comment devenir meilleur au lit selon les chercheurs
Voici les 10 types de pénis que les femmes adorent (en secret !)…
Les femmes peuvent avoir (au moins) six types d’orgasmes différents
Taille du pénis : une nouvelle étude confirme … nos doutes !
25 choses que les femmes aimeraient que tous les hommes sachent sur le sexe
Les aliments pour un pénis plus gros et plus sain, mythe ou réalité ?
La performance sexuelle et son impact sur la vie intime de l’homme
Contrôler l’éjaculation précoce grâce aux avantages de l’exercice de Kegel
12 traitements naturels de l’éjaculation précoce
Qu’est-ce que Jelqing et comment l’utiliser pour agrandir le pénis ?
La Peyronie : comment l’identifier et comment la traiter ?
Les vérités que vous devez savoir sur la masturbation masculine
10 choses qu’il faut savoir avant d’agrandir son sexe
Comment augmenter la taille du pénis naturellement en utilisant des herbes ?
Les aliments nécessaires pour stimuler le nombre de spermatozoïdes
La Damiana, l'aphrodisiaque naturel pour traiter l'éjaculation précoce et augmenter la puissance sexuelle
Quels sont les effets de la marijuana sur votre vie sexuelle ?
9 façons naturelles d’obtenir un pénis plus gros
Taille du penis : êtes-vous au-dessus ou au-dessous de la moyenne ?
Douleur au penis – Top 5 causes les plus communes chez les hommes
Faible testostérone : Les signes d’avertissement à ne pas négliger
Les questions fréquemment posées (FAQ) au sujet de l’extenseur pénien Phallosan Forte
Les causes communes et les traitements de la baisse de libido chez les hommes
Solutions naturelles et peu coûteuses pour augmenter sa testostérone
Physiologie, Anatomie & Faits inédits sur le sexe masculin
Comment reconnaitre une fracture du pénis et comment la traiter efficacement ?
Contrôler l’éjaculation précoce : les solutions disponibles et à votre portée
Quelles sont les causes de l'éjaculation faible et comment la traiter ?
Pour les hommes seulement : une petite initiation au clitoris, l’organe féminin le plus sensible
L’orgasme féminin : Que veulent les femmes et que doivent faire les hommes ?
Comment réussir à satisfaire votre partenaire même si vous avez un petit pénis ?
Ce qu’il faut savoir sur les huiles essentielles pour la dysfonction érectile
Cet analgésique commun pourrait affecter négativement la fertilité masculine
La dysfonction érectile est-elle un signe précoce de maladies cardio-vasculaires ?
11 aliments aphrodisiaques pour améliorer votre libido
Comment maintenir la santé sexuelle masculine et prévenir les troubles sexuels ?
Les meilleurs aliments pour augmenter la testostérone naturellement
Comment le porno peut-il induire la dysfonction érectile ?
7 signes qui peuvent annoncer une dysfonction érectile imminente
5 façons naturelles de soutenir le traitement de l’hypogonadisme
Comment fonctionne l’érection ?
Où en êtes-vous avec la dépendance sexuelle ? Êtes-vous accro au sexe ?
Qu’est-ce que la prostate et quelle est sa fonction ?
Les symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) à surveiller
Qu’est-ce que l’Épididymite ou l’inflammation de l’épididyme ?
Quelle est la cause de l’érection nocturne douloureuse et comment la traiter ?
Est-il normal d’avoir des testicules de tailles différentes ? Et quand faut-il s’inquiéter ?
Qu’est-ce que la torsion testiculaire ? Comment la prévenir et la traiter ?
previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

Rejoignez la conversation

Partagez votre avis

Votre email ne sera pas affiché en public.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.